Virtual School Meanderings

April 29, 2022

[REPOST] L’état de la nation – 2021 Survol national

Filed under: virtual school — Michael K. Barbour @ 12:00 pm
Tags: , , , , , , , ,

This entry was crossposted from https://k12sotn.ca/blog/letat-de-la-nation-2021-survol-national/ please leave comments on that entry.

Depuis 2011, les différents ministères de l’Éducation (et, depuis 2013, les autorités fédérales) participent régulièrement au rapport annuel sur la situation du e-learning en M-12 au Canada (State of the Nation: K-12 e-Learning in Canada). Dans certains cas, les ministères ont recueilli et publié des renseignements détaillés. Toutefois, dans d’autres cas, les ministères n’ont recueilli aucune donnée sur l’apprentissage à distance, en ligne et mixte ou hybride de la maternelle à la 12e année.

Les données extraites de ces sources ministérielles sont comparées avec les renseignements fournis par des parties prenantes clés dans diverses juridictions, ainsi qu’avec une analyse des documents disponibles. Dans certains cas, les données des ministères et des parties prenantes concordent, alors que, dans d’autres cas, il y a des disparités entre les déclarations du régime de gouvernance et les expériences des parties prenantes. Le parrainage du Canadian eLearning Network (CANeLearn) qui a débuté en 2014 a considérablement élargi le réseau de parties prenantes pouvant se joindre à l’équipe du projet sur la situation du e-learning en M-12 au Canada (State of the Nation: K-12 e-Learning in Canada). Ce parrainage a également contribué à favoriser la collecte de données provenant du sondage sur les programmes individuels.

Il est à noter que le taux de réponse pour l’année scolaire 2020-2021 fut de 15 %, soit l’un des plus bas durant les dernières années. Cependant, au cours des neuf dernières années, c’est-à-dire depuis que le sondage des programmes individuels eu été lancé pour l’année scolaire 2010-2011, le projet a obtenu au moins une réponse de la part de 40 % des programmes au Canada (voir le tableau 1). Ce chiffre a diminué cette année en raison de l’augmentation subite de nouveaux programmes d’apprentissage à distance, en ligne et mixte de la maternelle à la 12e année, vraisemblablement en raison de la pandémie.

Tableau 1. Réponses au sondage des programmes individuels

Nombre total de programmes Nombre de réponses par programme Taux de réponse
T.-N.-L 2 2 100%
N.-E 2 2 100%
I.-P.-E 1 0
N.-B. 2 2 100%
Qc 5+ 5 100%
Ont. ~70 38 54%
Man. ~38 9 24%
Sask. 27 14 52%
Alb. 36 22 61%
C.-B. 69 50 72%
Yn 2 2 100%
T.N.-O. 1 1 100%
Nt 0
Fédéral 5 5 100%
Total 360 152 42%

Néanmoins, il est également important de remarquer que cette réalité signifie que l’équipe du projet sur la situation du e-learning en M-12 au Canada (State of the Nation: K-12 e-Learning in Canada) n’a jamais reçu de données d’environ la moitié des programmes d’apprentissage en ligne de la maternelle à la 12e année au Canada. Bien que le taux de réponse de la plupart des juridictions soit au-dessus de la moyenne nationale, le Manitoba demeurent considérablement sous la moyenne en ce qui a trait à leur participation à l’étude annuelle. Bien que l’équipe du projet sur la situation du e-learning en M-12 au Canada (State of the Nation: K-12 e-Learning in Canada) juge fiables les renseignements contenus dans ce rapport et sur le site Internet du projet, ces limitations dans la collecte de données doivent être mises en évidence.

Nature de la règlementation sur l’apprentissage en M-12

Alors que la loi sur l’éducation ou la loi sur les écoles de plusieurs provinces et territoires continue à aborder l’éducation à distance, dans la plupart des cas, ces lois ne font que définir l’éducation à distance ou donner au ministère de l’Éducation de la province ou du territoire le pouvoir de créer, d’approuver ou de règlementer l’éducation à distance de la maternelle à la 12e année. Bon nombre de ces mentions sont devenues désuètes, compte tenu de la réalité actuelle de l’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année. Les seules provinces pour lesquelles ce n’est pas le cas sont la Nouvelle-Écosse (voir la convention collective intervenue entre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et le syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse – Government of Nova Scotia [2017]) et la Colombie-Britannique (voir le paragraphe .1 et le paragraphe 75 [4.1] de la School Act, 2006, ainsi que le paragraphe 8.1 de l’Independent School Act, 2006). Le tableau 2 présente un sommaire de la nature de la règlementation dans chaque juridiction. Il met en évidence que la tendance la plus dominante affectant la règlementation de l’enseignement à distance et en ligne en M-12 est qu’environ un tiers de toutes les juridictions utilisent des recueils de politique pour règlementer l’apprentissage à distance et en ligne de M-12 et ce, parfois en combinaison avec un accord ou protocole d’accord.

Tableau 2. Sommaire de la règlementation de l’apprentissage à distance et en ligne pour les élèves en M-12 par province ou territoire

Législation Recueil de politiques Accord Protocole d’accord
T.-N.-L
N.-E
I.-P.-E
N.-B.
Qc
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yn
T.N.-O.
Nt
Fédéral

Au cours de l’année scolaire 2020-2021, la Colombie-Britannique a été la seule juridiction à avoir connu des changements dans son cadre règlementaire. Les modifications législatives apportées à la fois dans le School Act et l’Independent School Act ont mis à la terminologie en remplaçant l’expression « apprentissage distribué » par « apprentissage en ligne ». De plus, il y avait historiquement sept politiques (6 publiques et 1 indépendante) qui règlementaient l’apprentissage distribué dans la province, et toutes les écoles d’apprentissage distribué avaient des accords avec le ministre afin de fonctionner. Les modifications législatives signifient également que les districts scolaires et les autorités scolaires indépendantes n’auront plus besoin de conclure un accord avec le ministre pour offrir des cours et des programmes d’apprentissage en ligne aux élèves du district, mais auront toujours besoin d’un accord pour offrir des programmes à des élèves inscrits simultanément auprès d’un autre district scolaire ou autorité scolaire indépendante. La mise en œuvre de plusieurs autres changements a été retardée ou prévue pour l’année scolaire 2021-2022 ou l’année scolaire 2022-2023. Et en tant que tel, il y aura des mises à jour détaillées dans les rapports à venir.

De plus, à la suite d’annonces faites au cours des années scolaires 2018-2019 et 2019-2020, l’exigence pour les élèves de l’Ontario de suivre deux cours en ligne afin d’obtenir leur diplôme d’études secondaires est entrée en vigueur en 2020-2021. Le ministère de l’Éducation a annoncé que tous les élèves du secondaire de la province recevraient des crédits pour avoir suivi un cours en ligne en raison de l’apprentissage à distance et hybride qui s’est produit au cours de l’année scolaire 2020-2021.

Niveau d’activité en ligne pour les élèves de la maternelle à la 12e année

Quatorze ans après la publication du premier rapport sur la situation du e-learning en M. à 12 au Canada, il continue à y avoir beaucoup d’homogénéité dans les types de programmes d’apprentissage à distance et en ligne qui existe d’un océan à l’autre (voir Figure 1).


Programme provincial unique
Programmes principalement régionaux
Combinaison de programmes provinciaux et régionaux
Recours aux programmes d’apprentissage d’autres provinces

Figure 1. Types de programmes d’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année au Canada

Les élèves des 13 provinces et territoires continuent à participer à des activités d’apprentissage à distance et en ligne. La plupart des juridictions conservent des programmes relevant principalement du district ou relevant du district et des programmes provinciaux. Les seules exceptions à cette tendance sont les provinces de l’Atlantique et le nord du Canada. Ainsi, dans les provinces de l’Atlantique, le modèle dominant est l’utilisation d’un programme unique pour toute la province, auquel s’est jointe l’Île-du-Prince-Édouard qui a piloté un programme à l’échelle de la province au cours de la dernière partie de l’année scolaire 2020-2021. Au niveau des territoires, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest continuent de développer leurs propres programmes d’apprentissage en ligne. Cependant, les trois territoires utilisent toujours des programmes d’apprentissage à distance et/ou en ligne de certaines provinces notamment ceux de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Pour ce qui est des activités d’apprentissage à distance et en ligne à l’échelle du Canada, l’effectif total de la maternelle à la 12e année au Canada pour 2020-2021 atteignait environ 5,3 millions d’élèves. Selon les données réelles et estimées sur les inscriptions, le nombre d’élèves inscrits à des activités d’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année était de 387 385, ce qui représente 7,3% de la population totale des élèves de la maternelle à la 12e année (voir le tableau 3).

Tableau 3. Sommaire de l’activité de l’apprentissage à distance et en ligne pour les élèves en M-12, par province et par territoire en 2020-2021

Nombre d’élèves en M-12 Nombre d’inscriptions en apprentissage à distance et en ligne Pourcentage
T.-N.-L 63 510 1 029 1.6%
N.-E 125 124 3 319 2.7%
I.-P.-E 20 131 ~175 0.8%
N.-B. 98 906 4 754 4.8%
Qc 1 003 322 ~39 400 3.9%
Ont. 2 056 055 ~122 000 5.9%
Man. 186 372 ~8 173 4.4%
Sask. 184 472 22 510 12.2%
Alb. 733 599 97 527 13.3%
C.-B. ~673 000 ~85 000 12.6%
Yn 5 456 389 7.1%
T.N.-O. 8 700 92 1.1%
Nt 10 902 ~15 0.1%
Fédéral ~108 995 ~3 000 2.8%
Total 5 278 544 387 385 7.3%

Noter : le symbole ~ ci-dessous signifie que des données approximatives ont été fournies par plus d’une source

L’examen des données nous indique que les juridictions peuvent être regroupées en trois catégories. Une première selon laquelle la majorité des provinces de l’ouest, soit la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique, possèdent des niveaux de participation à l’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année qui sont beaucoup plus élevés que la moyenne nationale. Une seconde selon laquelle la majorité de la partie centrale du Canada, c’est-à-dire le Manitoba, l’Ontario ainsi que le Nouveau-Brunswick, a toujours eu des niveaux de participation similaire à la moyenne nationale. Puis une troisième selon laquelle la plupart des juridictions du Canada atlantique, soit l’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador ainsi que la plupart des juridictions du Nord canadien, c’est-à-dire les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut ont une proportion relativement faible d’élèves de la maternelle à la 12e année qui suivent un apprentissage à distance et en ligne.

Les seules exceptions ou cas particuliers à ces catégories sont le Québec et le Yukon. Dans le cas du Yukon, les niveaux de participation des élèves sont beaucoup plus élevés que ceux des deux autres territoires canadiens. En fait, ils sont même plus élevés que ceux des juridictions de la région centrale du Canada. Cependant, cette proportion plus élevée de participation à l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année est probablement due à la petite population d’élèves dans ces niveaux scolaires. Par exemple, une augmentation de trois élèves dans chaque école du territoire participant à l’apprentissage à distance et/ou en ligne représenterait une augmentation globale d’environ 100 élèves soit une augmentation d’environ 2 % du niveau de participation. Essentiellement, en raison du faible nombre d’élèves de la maternelle à la 12e année, même de petits changements dans le nombre d’élèves engagés peuvent donner lieu à des changements proportionnels importants.

Par contre, la proportion d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année au Québec est proportionnellement beaucoup plus faible et correspond davantage aux niveaux observés au Canada atlantique. Une raison possible du manque de participation au Québec pourrait être due à la collecte de données. Puisque l’apprentissage à distance relève principalement des conseils scolaires et non du ministère de l’Éducation, la capacité de la province pour recueillir des données fiables est limitée. Bien que nous ayons reçu des données de LEARN, qui offre des services d’apprentissage en ligne et mixte aux conseils anglophones de la province, le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin fut la seule autorité scolaire francophone à répondre, il y a maintenant cinq ans, au sondage sur les programmes individuels. De plus, tout au long de la pandémie, le ministère de l’Éducation du Québec a exhibé une préférence envers l’apprentissage en classe. Certains pourraient même la décrire comme une intolérance envers l’enseignement à distance, à moins que celle-ci ne soit absolument nécessaire et uniquement lorsque l’apprentissage en personne n’est plus une option. Un manque de données fiables, le fait que l’enseignement à distance est sous la tutelle des commissions scolaires et la possible réticence du gouvernement envers l’apprentissage à distance sont des indicateurs susceptibles d’expliquer la faible proportion d’élèves engagés en apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année au Québec.

Comme nous l’avons, déjà mentionné, il est difficile de déterminer avec certitude pourquoi certaines juridictions se retrouvent dans chacune de ces catégories. Des juridictions, comme la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse, ont des niveaux importants d’exigences législatives et/ou règlementaires. Cependant elles se retrouvent dans des catégories qui se situent à des extrémités opposées du spectre soit un taux élevé de participation en apprentissage à distance et/ou en ligne des élèves de la Colombie-Britannique alors que ceux de la Nouvelle-Écosse se situent dans la catégorie à taux faible de participation. De même, il existe des juridictions qui n’ont pas d’exigences législatives et/ou règlementaires, comme l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador – qui sont également dans des catégories opposées. Il n’existe toujours pas de tendances expliquant pourquoi une juridiction aurait un niveau d’engagement plus élevé ou plus faible en apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année, et tout effort pour tenter d’apporter une justification serait politique, idéologique ou d’intérêt personnel.

L’année scolaire 2020-2021 poursuit une tendance de croissance de la proportion d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année (voir le tableau 4 ci-dessous). Elle représente également la plus forte proportion d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année. Cependant, si l’on se base sur les réponses des ministères de l’Éducation et des programmes individuels, ces statistiques d’inscription ont probablement été artificiellement gonflées en raison de la pandémie et des inquiétudes des parents envers la santé de leurs enfants et de leurs familles.

Tableau 4. Inscriptions aux programmes d’apprentissage à distance et en ligne en M-12 au Canada

Année Nombre d’élèves inscrits à la formation à distance Pourcentage d’élèves inscrits en apprentissage à distance ou en ligne
1999-2000* ~25 000 0,5 %
2008-2009 ~140 000 2,7 %
2009-2010 150 000 – 175 000 2,9 % – 3,4 %
2010-2011 207 096 4,2 %
2011-2012 245 252 4,9 %
2012-2013 284 963 5,2 %
2013-2014 290 185 5,4 %
2014-2015 311 648 6,0 %
2015-2016 293 401 5,7 %
2016-2017 277 603 5,4 %
2017-2018 263 686 5,1 %
2018-2019 299 320 5,9 %
2019-2020 310 582 6,0 %
2020-2021 387 385 7,3%

* (Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2000)

L’une des tendances d’intérêt dans le tableau 4 est la stabilité observable de la proportion d’élèves engagés en apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année, à l’exception de cette année. Il convient de rappeler au lecteur que les chercheurs du projet estiment que cette stabilité représente la variabilité de l’exactitude de la collecte de données. Il est à noter qu’un bon nombre des 14 juridictions ne nous fournissent que des estimations, des approximations ou des données différées basées sur les années scolaires précédentes. Ainsi, les fluctuations mineures observées entre 2011-2012 et 2019-2020 ont probablement autant à voir avec les données recueillies qu’avec les augmentations ou les diminutions réelles de la participation.

Bien qu’il y ait eu, au cours de l’année scolaire 2020-2021, une augmentation de la proportion d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année induite par la pandémie, il est également important d’examiner les tendances juridictionnelles au sein des 387 385 élèves ou des 7,3% d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année à l’échelle nationale (voir le tableau 5).

Tableau 5. Sommaire par juridiction des inscriptions en apprentissage à distance et en ligne pour les élèves en M-12, au cours des quatre dernières années.

Nombre d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne
2017-2018 2018-2019 2019-2020 2020-2021
T.-N.-L 1 233 1 140 1 092 1 029
N.-E ~2 700 2 381 2 241 3 319
I.-P.-E 56 ~100 133 ~175
N.-B. ~3 239 ~3 270 ~3 470 4 754
Qc 30 366 ~40 000 ~35 000 ~39 400
Ont. ~82 000 ~89 000 ~98 000 ~122 000
Man. ~6 398 ~11 875 ~13 749 ~8 173
Sask. 7 738 8 378 12 456 22 ,510
Alb. ~63 000 75 806 82 857 97 527
C.-B. 65 556 ~65 000 ~59 000 ~85 000
Yn 136 170 234 389
T.N.-O. 93 130 131 92
Nt ~40 ~70 19 ~15
Fédéral 1 131 ~2 000 ~2 200 ~3 ,000
Total 263 686 299 320 310 582 387 385

L’une des tendances intéressantes du tableau 6 ci-dessus et du tableau 7 ci-dessous est que les juridictions qui se trouvaient dans la catégorie à faible participation ont eu un nombre relativement constant d’élèves engagés dans l’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année. Les juridictions dans la catégorie à participation moyenne et dans la catégorie à participation élevée ont pour leur part connu des augmentations et dans de nombreux cas, des augmentations d’une année à l’autre.

Autre fait intéressant, bien que l’Ontario compte le plus grand nombre d’élèves participant à l’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année, celui-ci est légèrement inférieur à la moyenne nationale en termes de proportion. Cette tendance devrait changer au cours des trois à quatre prochaines années, car les élèves qui obtiendront leur diplôme en 2023-2024 formeront la première cohorte d’élèves tenue de respecter l’exigence de deux cours en ligne pour l’obtention du diplôme d’études secondaires. Une fois cette exigence pleinement mise en œuvre, on s’attend à ce que l’Ontario compte en moyenne plus de 300 000 élèves du secondaire inscrits à au moins un cours en ligne à tout moment (Barbour et LaBonte, 2019). Ce chiffre n’inclurait pas les élèves du primaire, les élèves inscrits dans des écoles virtuelles privées ou les élèves non traditionnels qui sont inscrits dans un Centre d’apprentissage indépendant. Depuis l’année scolaire 2017-2018, il y a eu respectivement une croissance annuelle de 13,5 %, 3,8 % et 24,7 %, soit une croissance annuelle moyenne d’environ 14 %. Si la participation à l’apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année continuait de croître à ce rythme d’ici l’année scolaire 2023-2024, ou lorsque l’exigence d’obtention du diplôme de l’Ontario sera pleinement mise en œuvre, il y aurait environ 395 000 élèves engagés en apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année pour le reste du Canada, comparativement à plus de 300 000 élèves pour l’Ontario.  Essentiellement, au cours des trois à quatre prochaines années, l’Ontario pourrait passer d’un peu moins du tiers à près de la moitié de tous les élèves inscrits en apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année au Canada.

Tableau 6. Sommaire par juridiction des pourcentages d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne pour les élèves en M-12, au cours des quatre dernières années.

Pourcentage d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne
2017-2018 2018-2019 2019-2020 2020-2021
T.-N.-L 1,9% 1,8% 1,7% 1,6%
N.-E 2,3% 2,0% 1,8% 2,7%
I.-P.-E 0,3% 0,5% 0,7% 0,8%
N.-B. 3,4% 3,3% 3,5% 4,8%
Qc 3,0% 4,0% 3,5% 3,9%
Ont. 4,1% 4,4% 4,8% 5,9%
Man. 3,1% 5,7% 6,6% 4,4%
Sask. 4,2% 4,5% 6,7% 12,2%
Alb. 8,8% 10,6% 11,2% 13,3%
C.-B. 10,3% 10,2% 10,8% 12,6%
Yn 2.4% 3,1% 4,2% 7,1%
T.N.-O. 1,1% 1,4% 1,5% 1,1%
Nt 0,4% 0,6% 0,2% 0,1%
Fédéral 1,1% 1,9% 2,0% 2,8%
Total 5,1% 5,9% 6,0% 7,3%

Lorsque la proportion d’élèves participant en apprentissage à distance et/ou en ligne de la maternelle à la 12e année est examinée de plus près, un bon nombre des tendances deviennent alors apparentes dans les données de participation juridictionnelle. (voir le tableau 6).

Par exemple, le nombre d’inscriptions indique que la Colombie-Britannique est passée d’un plateau, de 2017 à 2019, à une légère baisse en 2019-2020 avant de connaître une augmentation significative en 2020-2021. Cependant, les mêmes données en pourcentage suggèrent que, bien que le plateau ait existé, il n’y a pas eu une véritable diminution en 2019-2020. De plus, il y a eu une importante augmentation des inscriptions au cours de l’année scolaire 2020-2021, mais proportionnellement, celle-ci n’était pas si importante avec seulement une augmentation de 1,8%. Pour leur part en 2020-2021, l’Alberta a affiché une augmentation de 2,1 %, le Yukon une augmentation de 2,9 % et la Saskatchewan une augmentation 5,5 %. De même, la Colombie-Britannique qui avait le troisième plus grand nombre d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne, a fait un saut induit par la pandémie en 2020-2021 qui était plus cohérent avec ceux de la Nouvelle-Écosse et de l’Ontario à 1,1 % ou celui du Nouveau-Brunswick à 1,3 % qui sont aussi toutes des juridictions de la catégorie à participation moyenne ou de la catégorie à participation inférieure.

En fait selon le tableau 6, depuis l’année scolaire 2017-2018, il y a eu une augmentation de 2,2 % de la moyenne nationale du pourcentage d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne de la maternelle à la 12e année. En Colombie-Britannique, il n’y a eu qu’une augmentation de 2,3 %, tandis qu’en Alberta, il y a eu une augmentation de 4,5 % ou en Saskatchewan, une augmentation de 8 %. Cette tendance pourrait suggérer que, parce que la Colombie-Britannique a toujours été un chef de file pour le pourcentage d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne, comparativement au reste du pays, elle y a moins de place pour la croissance, de ce mode de prestation de l’enseignement. De plus, il est à noter que la Saskatchewan, avec une augmentation de 8 % entre l’année scolaire 2017-2018 et l’année scolaire 2020-2021, était en tête du pays en termes de croissance du pourcentage d’élèves inscrits en apprentissage à distance et en ligne, de la maternelle à la 12e année.

Niveau d’activité de l’apprentissage mixte ou hybride pour les élèves de la maternelle à la 12e année

Comme nous l’avons expliqué dans les rapports précédents, des données sur l’apprentissage mixte ou hybride sont recueillies depuis l’année scolaire 2014-2015. Toutefois, comme la grande majorité des juridictions ne font pas de suivi formel de la participation aux programmes d’apprentissage mixte ou hybride, ces données ne sont pas très fiables.  Les éditions précédentes du rapport ont indiqué que les juridictions comme la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Ontario, où les données fournies par les ministères se fondent sur le nombre de comptes d’élèves figurant dans le système provincial de gestion de l’apprentissage, mais elles ne signifient pas que ces élèves utilisent réellement ces comptes ou s’en servent à des fins d’apprentissage mixte ou hybride. Ces données excluent également les élèves et les enseignants qui pourraient participer à des activités, à des cours et à des programmes d’apprentissage mixte ou hybride n’utilisant pas le système de gestion de l’apprentissage provincial. Il est à noter que les activités d’apprentissage mixte ont été estimées à partir des données collectées par les sondages des programmes individuels, et que ceux-ci ne sont diffusés qu’aux programmes d’apprentissage en ligne, c’est-à-dire principalement aux programmes qui étaient principalement engagés dans l’apprentissage à distance et/ou en ligne. Donc si l’école Villanova Junior High à Conception Bay South, Terre-Neuve-et-Labrador, ou l’école publique Forest Glade à Windsor, Ontario, ou l’école Okanagan Mission Secondary à Kelowna, Colombie-Britannique, offraient des activités d’apprentissage mixte ou hybride, il est fort probable qu’elles n’aient pas été au courant de ce sondage et n’y aient donc pas répondu.

Alors que des données sur l’apprentissage mixte ou hybride de la maternelle à la 12e année, il n’y a pas de présentation des données globales sur l’apprentissage en ligne de la maternelle à la 12e année pour 2019-2020 ni de comparaison de ces données avec les années précédentes. Les données qui ont été recueillies sont tout de même présentées dans les profils juridictionnels, car les données peuvent être situées de manière appropriée dans ceux-ci. Il convient également de mentionner que les activités d’apprentissage mixte dans chaque juridiction ont parfois été utiles pour bien comprendre la transition d’urgence des juridictions à l’enseignement à distance et plus tard à l’apprentissage à distance, qui a eu lieu en mars 2020.

TrackBack URI

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: